L’isolation des combles, comment ça marche ?

L’isolation des combles, comment ça marche ?

Plus gros contributeur de la déperdition thermique, le toit doit faire l’objet d’une priorité absolue en matière d’isolation de la maison. Qu’ils soient aménagés ou perdus, des combles parfaitement isolés améliorent significativement l’efficacité énergétique du logement. Quelques explications pour bien maîtriser la question. 

Pourquoi isoler les combles ?

La déperdition thermique c’est à dire la perte de chaleur en hiver et de fraicheur en été pèse lourdement sur votre facture énergétique. Plus elle est importante et plus vous devrez consommer d’énergie pour maintenir une température ambiante agréable chez vous. Compte tenu de la hausse constante des prix de l’énergie, l’isolation de votre logement s’impose comme un investissement particulièrement judicieux. Techniquement, la priorité va en premier lieu à l’isolation des combles. Le toit totalise en effet à lui seul 30% de la déperdition thermique constatée. Première cause de cette dernière, l’isolation insuffisante des combles doit donc être améliorée avant tout autre partie de la maison. 

Comment isoler les combles ?

La nature des combles dicte les techniques à mettre en œuvre pour une amélioration énergétique maximale. Celles-ci ne sauront pas les mêmes selon que les combles sont perdus ou aménagés. Rassurez-vous cependant, dans les deux cas les solutions existantes sont efficaces et font significativement diminuer la déperdition thermique au niveau du toit ! 

L’isolation des combles perdus

On qualifie de perdu les combles non aménageables en raison d’une hauteur sous pente trop faible ou de l’absence de dalle porteuse. Dans ce cas, le plus simple et le plus efficace consiste à poser un isolant à même le plancher des combles (la face externe du plafond de votre dernier étage si vous préférez). Pour atteindre les performances requises par la RT 2012, il vous faudra poser au moins deux couches d’isolant. Notons que la première couche du nouvel isolant peut tout à fait être posée sur un isolant plus ancien et tassé par le temps. L’isolant peut se présenter sous formes de rouleau de laine minérale par exemple ou sous formes de ballots à souffler sur toute la surface. Cette seconde solution, facile à mettre en œuvre, offre d’excellents résultats avec un matériau isolant ultra-performant comme la ouate de cellulose. 

L’isolation des combles aménagés

L’isolant doit être installé sur les pentes intérieures du toit en deux couches avec la vapeur pour une isolation thermique et acoustique. La première couche se place entre les chevrons de la charpente tandis que la seconde vient se fixer sous-chevron. Une membrane d’étanchéité à l’air et à l’eau complètera l’ensemble pour une isolation parfaite. Des plaques de plâtre viendront assurer le rendu final de cet espace habitable et tout à fait agréable à vivre. Au-delà de l’amélioration énergétique enregistrée, ces travaux d’isolations des combles participent en effet à l’augmentation de la surface habitable du logement : vous faites d’une pierre deux coups ! 

Quelques isolants pour les combles 

  • laine minérale (laine de verre ou laine de roche) ; 
  • laine de mouton ; 
  • plume de canard ; 
  • polystyrène expansé ou extrudé ; 
  • polyuréthane ; 
  • chanvre ; 
  • liège ; 
  • fibres de bois ; 
  • roche volcanique concassée (perlite) ; 
  • textile recyclé ; 
  • ouate de cellulose. 

Pensez aux aides de l’Etat !

L’amélioration énergétique liée à l’isolation de vos combles va rapidement amortir le coût de cette dernière. Un amortissement d’autant plus rapide que vous aurez mené l’opération dans les règles pour la rendre éligible à la prime énergie (certificat économie d’énergie) et au Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique. Pour ce faire, les travaux devront être effectués par un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Une certification gage de qualité et de respect des normes en vigueur. L’isolant utilisé devra afficher une résistance thermique supérieure ou égale à 6 ou 7 m2.K/W selon les configurations de pose. Ces prérequis respectés, la prime énergie et le CITE s’obtiennent très aisément : la première via une plateforme spécialisée du Web et le second par mention du montant hors taxe et hors main d’œuvre des travaux. Quelques clics pour une baisse significative du coût de l’isolation de vos combles et une rentabilisation en 5 ou 6 ans grâce aux économies d’énergie. 

L’isolation des combles s’impose comme la priorité absolue en matière d’amélioration de votre habitat. Des travaux simples qui vont alléger votre facture d’énergie et améliorer le classement énergétique de votre maison. Un point important qui vous offrira un bon positionnement dans le système de bonus-malus fiscal envisagé par l’état pour traquer les passoires énergétiques. Une bonne résolution à ne plus renvoyer aux calendes grecques !

kevin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *