Confort thermique : quelles techniques adopter pour l’améliorer ?

Confort thermique : quelles techniques adopter pour l’améliorer ?

Le confort thermique est l’une des premières préoccupations des foyers français. Sans détour, le confort thermique n’est pas un luxe que seuls les nantis peuvent s’offrir. Tout le monde peut se l’octroyer, mais sa qualité dépend de la situation financière de chacun. Qu’importe l’état de votre habitation, qu’elle soit récente ou pas, il est toujours possible d’améliorer le confort thermique. Avant de parler des techniques de revalorisation en tous genres, il nous semble important de définir ce que signifie confort thermique. 

Que faut-il comprendre par confort thermique ?

Par définition, l’environnement thermique concerne toutes les caractéristiques de l’environnement qui entravent nos échanges calorifiques avec tout ce qui nous entoure. Pour ainsi dire, une situation de confort thermique est optimale lorsqu’elle nous procure du bien-être. En effet, le confort thermique est dépendant de nombreux facteurs qui sont de nature physique, physiologiques et psychologiques. En d’autres termes, la conception de ce confort varie d’une personne à une autre ou d’une famille à une autre. C’est la raison pour laquelle il est difficile de définir exactement les conditions optimales de ce confort. 

Facteurs environnementaux et confort thermique

Vous avez sûrement deviné que le premier élément qui affecte le confort thermique d’une habitation est la température. Les trois types de température qui impactent le confort thermique d’une habitation sont ceux de l’air ambiant, des parois et celle qui est appelée température opérative. Si vous estimez que le confort thermique de votre maison n’est pas dans sa meilleure performance, il existe diverses techniques dont la principale vocation est de l’optimiser. 

Refaire l’amélioration des combles pour optimiser le confort

L’amélioration de l’isolation est une étape importante, le confort thermique en dépendra énormément. Dans ce segment, les travaux des combles et de la toiture seront la priorité. Pour ce faire, vous aurez le choix entre plusieurs techniques, comme le sarking par exemple. Cette méthode consiste à améliorer l’isolation de la toiture par l’extérieur. Elle est abordable et facile à poser. L’objectif est de poser un second toit. Techniquement, on rehausse la toiture en installant un isolant sous le toit. Par contre, si votre toiture est plate, vous pouvez opter pour la mise en place d’une toiture végétale. Cette technique déjà fait ses preuves et commence à être très populaire dans certaines régions.  D’emblée, précisons que l’État a décidé d’apporter différentes sortes d’aides pour les foyers qui désirent améliorer leur isolation. Pour bénéficier de ces aides qui se présentent sous forme de crédit ou d’allègement fiscal, les intéressés doivent répondre à certains critères dont le premier est de confier les travaux proprement dits à des organismes semi-privés à l’exemple des artisans qualifiés RGE. Si les travaux ne sont pas pris en charge par de tels organismes, vous ne pouvez prétendre à aucun remboursement. 

Isolation des murs : une obligation pour certaines habitations

Vous allez obtenir un meilleur confort thermique avec un système d’isolation optimisé pour les murs. Si le bâtiment existe déjà depuis des années, et que le diagnostic a révélé une piètre performance thermique, vous devez procéder à l’isolation des murs de par l’extérieur ou de par l’intérieur.

L’isolation thermique par l’extérieur procure une très bonne isolation du logement en comparaison à l’isolation par l’intérieur, du fait qu’elle élimine tous les ponts thermiques qui existent. Par ailleurs, elle permet également de réaliser en simultanée l’isolation et le ravalement de façade. Donc, cette technique vous avantagera si vous voulez faire d’une pierre deux coups. Aussi, l’isolation thermique de par l’extérieure ne risque pas de modifier la surface habitable, donc vous n’aurez pas besoin de quitter les lieux durant le chantier. 

Le remplacement des fenêtres

Les fenêtres en mauvais état sont une source importante de déperdition d’énergie dans une habitation. Si les vôtres sont équipées de la première génération de double vitrage ou sont tout simplement en mauvais état, choisissez de les remplacer avec des vitrages à isolation renforcée. Il faudra prévoir l’installation des nouveaux dormants et ouvrants. Pour mener à bien ce projet, l’intervention d’un professionnel est de rigueur. Cela vous permettra d’obtenir des aides et en prime, les travaux seront effectués suivant les normes en vigueur. 

Avant d’entamer des travaux de revalorisation, il est conseillé d’effectuer un DPE ou diagnostic de la performance énergétique de la maison. C’est ce dernier qui déterminera l’état réel de votre habitation. Si l’habitation est classifiée par la lettre E, F ou G, une réhabilitation thermique complète devra être entamée. À l’issu de ce teste, vous allez identifier toutes les causes qui nuisent à votre confort thermique.

kevin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *